Peu à peu remplacées par les nouvelles rames Coradia depuis août, les BB 67400 ont tiré leur révérence mardi en tête des IC Bordeaux-Nantes...

2017, une année cruelle pour les Intercités en rames tractées diesels... CC 72100 sur la ligne 4, BB 67400 sur les Bordeaux-Nantes... Désormais, il reste quelques irrésistibles vieilleries, hélas, ce n'est plus qu'une question de mois.

Un IC pour Bordeaux tracté par une UM En Voyage, en gare de La Rochelle le 6 août 2017.

Régnantes en reines de la ligne Bordeaux-Nantes, les BB 67400 bordelaises ont donc laissé place aux nouvelles rames Coradia, qui "envahissent" peu à peu le réseau français. Et puisque la chasse est ouverte, il est plus que temps de traquer les "diesels lourds" en voie de disparition face aux automoteurs, d'un point de vue ferroviphile. Aujourd'hui, il ne reste plus que l'Intercité Bordeaux-La Rochelle qui reste encore assuré en BB 67400 sur la ligne, jusqu'au prochain service, à son passage en TER.

Rapide hommage devant l'une des stars de ce dernier train, la BB 67542, ici à Bordeaux... (©J-Cl. PERREAUD)

Le 31 octobre 2017, les BB 67400 sur les Bordeaux-Nantes devaient donc quitter la scène ferroviaire. Mais le hasard des choses fit que ce départ ne fut pas des plus anodins... En effet, le Coradia devant assurer l'un des IC de la journée, le 3854 Bordeaux-Nantes, tomba en panne... et fut remplacé par une rame tractée, avec la BB 67572 bleue de l'activité Infra avec quatre Corails. Les vaillantes tôles au secours du tout plastique !

La BB 67572 et ses quatre voitures à Saintes, le 31 octobre. (©J-Cl PERREAUD)

Le dernier train, le 3833 Nantes-Bordeaux, était plus habituel, avec un duo Corail+ et En Voyage en tête. C'est ainsi que s'en sont allées les rames tractées, et les missions les plus importantes des BB 67400 du dépôt de Bordeaux. Un parc qui diminue déjà et qui est appelé à continuer, avec le passage du Ventadour en automoteur en décembre, ainsi que du Bordeaux-La Rochelle. Désormais, il ne restera plus que le train de nuit Paris-Rodez, assuré en diesel de Bordeaux à Rodez.

Le dernier Nantes-Bordeaux... (©J-Cl PERREAUD)

Une page s'est donc tournée, mais la modernisation du parc ne peut qu'encourager les usagers à prendre le train... A condition de durées de parcours raisonnables et d'une remise à niveau des infrastructures, notamment entre La Rochelle et la Roche sur Yon, où la vitesse est limitée à 60 km/h. (Paris)- Amiens-Boulogne, (Paris)-Bourges-Montluçon, Bordeaux-Ussel, Bordeaux-La Rochelle (Paris)-Bordeaux-Rodez, les Intercités en BB 67400 se comptent aujourd'hui sur les doigts d'une main, derniers vestiges d'une époque aujourd'hui révolue.

©Ferrovi11, novembre 2017

Photos : ©Ferrovi11, ©Jean-Claude PERREAUD