Elle est l'une des seules  lignes non rénovée lors du Plan Rail 2009 en Midi-Pyrénées. A cause de son mauvais état, la ligne Rodez-Séverac (12) devrait fermer au prochain changement de service, en décembre prochain...

Un X 73500 sur un TER Millau-Rodez vient de brûler la gare de Recoules-Prévinquières, le 14 janvier 2017 dans un paysage enneigé. (©P-J JEHENNE)

Reliant le pays ruthénois au plateau des Causses, la ligne Rodez-Séverac, seulement parcourue par 3 aller-retours suivant les jours, risque en effet de voir son trafic disparaître après le 9 décembre 2017. Et ce pour une durée indéterminée, la Région et le Conseil Général souhaitant des travaux sur la ligne. Deux options s'offrent à leurs yeux : un simple changement de plus de 15 000 traverses, ce qui n'améliorera en rien le sort de la ligne puisque la vitesse restera limitée à 40 km/h, le statut de la ligne passant alors en VUTR, ou bien un RVB complet. Mais les études imposées par SNCF Réseau sont nombreuses et prennent du temps. Si rénovation complète il y a, ce ne sera donc pas pour tout de suite.

La Loubière. Le Millau-Rodez passe au niveau du TIV 50, le 10 décembre 2017. (©P-J JEHENNE)

Des améliorations de la desserte, comme la création de points d'arrêts à Bertholène et Laissac, un nombre plus important de TER, avec par exemple la création d'une relation Toulouse-Millau auraient pu augmenter la fréquentation de la ligne, qui fonctionne par pics, en début et fin de semaine avec les trafics scolaires. Des changements qui pourraient être pris en compte, on l'espère, si la rénovation et la réouverture auront lieu.

Fermeture. La ligne a déjà connu le goût amer de ce mot en 1988, date à laquelle l'autorail express Toulouse-Lyon (cf "Toulouse-Lyon : par le Massif Central en X 2800" ), circulant uniquement l'été, fut supprimé. C'est en 1991 qu'un autorail, sous l'impulsion de la Région, reprit du service sur la ligne.

En 1987 à Bertholène... L'autorail express Toulouse-Lyon marque l'arrêt, dans l'avant-dernière année de sa circulation. (©JPD)

Mais cette suspension ne présage rien de bon quant à l'avenir d'autres lignes, comme Marvejols-Mende par le Monastier, et même la section Millau-St Chély de la ligne des Causses... Le rail dans le Massif Central est une nouvelle fois en grand danger, et ne peut seulement espérer que la politique ferroviaire de la Région Occitanie porte ses fruits, et ce rapidement !

Toulouse-Lyon, en autorail par le Massif Central - De gare en ligne

A l'heure du tout TGV et de la désertification ferroviaire, on oublie souvent le passé ferroviaire de certaines lignes, ouvertes seulement au trafic TER pour certaines, ou fermées pour d'autres. Par les lignes mythiques du Massif Central, sinueuses et traversant de magnifiques paysages, retour sur la transversale Lyon-Toulouse et le "TL/LT".

http://degareenligne.canalblog.com

©Ferrovi11, septembre 2017

Photos : ©P-J JEHENNE, ©JPD